ActualitésBilans d’évènement

Rencontre avec le Directeur du DANE et présentation des résultats du Recensement National de la population et résidence 2018, à Bogotá

De nouvelles opportunités d’affaires sur le marché colombien: une demande croissante de biens et services chez la population âgée et un rôle  des femmes de plus en plus important. Ce sont quelques données obtenues grâce au Recensement National de la Population et résidence 2018, présenté lors de notre rencontre avec le Directeur Juan Daniel Oviedo, le 28 Août dernier.

Au total, la Colombie compte 48 258 494 habitants, 51.2% de femmes et 48.8% d’hommes, c’est-à-dire, pour 100 hommes il y a 104.7 femmes et pour 100 femmes il y a 95.5 hommes.

D’autres chiffres montrent qu’il y a une diminution significative de la population de moins de 5 ans, avec un pourcentage de 8.4, en comparaison aux 9.1 chez la population de plus de 65 ans dans le pays.

Selon le directeur du DANE la Colombie, comme on la concevait avant le recensement, s’est avérée être un pays différent avec des caractéristiques importantes que les entrepreneurs devraient prendre en compte. Par la suite, nous vous présenterons quelques informations importantes de notre rencontre.

  • Le pourcentage de chef de famille masculin en 2005 était de 70.1% et en 2018 de 59.3%.  Du coté des femmes il est passé de 29.9% à 40.7%. On observe une croissance de 36.1% des foyers maintenus par la gente féminine.

Les femmes ont un meilleur taux d’alphabétisation que les hommes avec 97.7% entre 15 et 24 ans; alors que pour les hommes, dans la même tranche d’âge, il est de 95.7%.

Il y a eu plusieurs changements dans les biens et services associés au  logement dans les appartements en Colombie, avant 25% des unités d´'habitations étaient des appartements, actuellement ils représentent 33%, et sont situés dans les principales villes Bogota, Medellin, Barranquilla et Cali , où ils représentent plus de 50%. Ce qui signifie que les modèles de logement changent mais aussi la demande de biens et services, par exemple, les fruits découpés sont une réponse à un profil de demandes dans lequel, la participation des foyers unipersonnels a augmenté significativement.

C’est un changement très important dans les structures de consommations depuis le point de vue du pouvoir acquisitif.  Il ne s’agit pas d’une mesure exacte, mais elle permet bien de définir les secteurs de marchés. Entre  les foyers de catégorie 1 (les plus démunis) seulement 14.1% sont composé d’une seul individu. En moyenne, ils sont composés de 3 ou de 4 individus. Dans les foyers de catégorie 6 (les plus aisés) plus de 50% sont composés de un ou deux individus, ce qui veut dire, que le pouvoir acquisitif  est concentré chez les foyers de un à deux individus demandeurs de biens et services. Il faut chercher des mécanismes de rationnement ou de   distribution.

En ce qui concerne la couverture des services publics, le pays possède une couverture de 96.3% en électricité et 66.8% en gaz naturel. Ces données sont importantes afin de pouvoir déterminer où le gouvernement devrait apporter des solutions photovoltaïques ou des  solutions  spécifiques pour ces 3.7% de foyers qui n’ont pas accès à l’électricité.

Quant au gaz naturel, le problème est plus complexe car il dépend de la capacité de durabilité domestique, de production, de la capacité à mettre en œuvre des programmes de distribution de gaz.

Nous avons une bonne couverture en aqueduc, égout et nettoyage.

En ce qui concerne l’internet, mais surtout les appareils de connectivité, il s’agit d’un défi important car il faut diminuer la brèche d’accès à l’internet. Afin de la refermer, il faudra une inversion publique à travers des catalyseurs privés pour les schémas de réseaux et les systèmes de connectivité qu’impliquent sa mise en œuvre. Dans l’enquête de qualité de vie, il y a une analyse plus profonde. Ils existent, donc,  des opportunités dans le secteur de l’Internet pour les entreprises françaises.

Le niveau de perception de la satisfaction, des individus, dépassant la moyenne nationale se trouve dans les départements de Caldas, Magdalena, Antioquia, Risaralda, Cesar.  Ces départements deviennent des foyers de demande de biens expérimentaux.

Où les gens se sentent-ils moins pauvres ?

A Bogota, Risaralda, Cundinamarca, Caldas, Quindio San Andres, Antioquia, Valle del Cauca, Boyaca et Santander sont les départements où les habitants vont préférer des biens de meilleure qualité et à un prix plus élevé à un bien de plus basse qualité et plus économique, car  la perception de la pauvreté va générer des profils de demandes différents.

Ces dix départements font partie des treize départements les moins pauvres, mesurés à travers la pauvreté multidimensionnelle, cette caractéristique avec ce niveau de satisfaction est inédit dans le pays.

Ces données nous offre la possibilité d’analyser géographiquement au moment de couvrir des marchés avec une incidence de la pauvreté au niveau départemental, ou il y a de nouvelles opportunités d’affaires pour la France en Colombie. Il faut commencer à renforcer le secteur des services.

Les importations de la Colombie provenant de France ont occupées dans leur majorité des secteurs importants, comme celui des produits pharmaceutiques, moteurs, carrières industrielles, véhicules, tracteurs, pièces et appareils électriques, ce qui a un impact important sur les consommations des  familles. En ce qui concerne les importations de produits pharmaceutiques, de réacteurs nucléaires et en parfumerie et cosmétiques, il existe une certaine dynamique.  Bien que les exportations de la Colombie soient en train de chuter. Ces secteurs pharmaceutiques industriels, cosmétiques et huiles essentielles font l’objet d’une forte demande en termes d’importations.

La Colombie a besoin de voir comment elle va générer des opportunités dans la manufacture basique de ses exportations vers la France, ou comment elle va renforcer les exportations de services. Le plus gros de l'éventail des exportations de la Colombie à la France  sont des combustibles, huiles minérales, café, poissons, crustacés et fruits comestibles. Un secteur dans lequel la Colombie peut avoir un espace de marché important grâce à la compétitivité de ses entreprises, c’est dans l’industrie sucrière et confiserie dans le marché français. C’est l’unique composante de l’offre qui a une croissance très forte  de la Colombie envers la France.

Oui, il y a des opportunités en Colombie, la capacité de paiement s’est améliorée en comparaison aux prix indexés en 2016. Un foyer en Colombie, il y a dix ans dépensait 1 923 000 pesos par mois et maintenant, il dépense 2 251 000, donc il y a plus de petit foyer avec un meilleur pouvoir acquisitif, plus d’opportunités de biens de meilleure qualité et de biens beaucoup plus sophistiqués. Bien que les foyers soient plus petits, Colombie dépense en moyenne 300 000 pesos constants.

Finalement, le directeur du DANE Juan Daniel Oviedo, a invité les intéressés à consulter d’autres études importantes que réalise le DANE afin de mieux connaitre  le marché et le consommateur colombien.

Vous pouvez consulter ici la présentation de l'évènement:

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Besoin d'envoyer un colis/document?